Éducation du poulain

Le poulain tant attendu est là, vous avez passé l’étape stressante de la naissance et des premiers jours... Un seul mot d’ordre dans l’immédiat : Profitez-en ! C’est un bébé.

 

Bien qu'un poulain grandisse vite, il est dépendant de sa mère qui lui apprends à repérer les aliments comestibles, téter délicatement, communiquer "cheval" avec le reste du troupeau et avec vous, découvrir qu’il y a des limites dans ses rapports à l’Autre... C'est également elle qui se charge de sa sécurité. Cette période va durer plusieurs mois jusqu’au sevrage qui se fera soit, naturellement vers 12/15 mois en fonction des juments, soit artificiellement par la main de l'Homme et ce à partir de 7/8 mois selon son caractère et son indépendance.

 

Votre poulain apprendra également au côté des autres chevaux adultes, jeunes et poulains, les bons codes pour trouver sa place dans le troupeau et avoir des relations sociales saines. Il est important pour un cheval bien dans sa tête qu’il côtoie dès les premières semaines d’autres chevaux, sa mère veillera à ce que tout se passe correctement.

Votre rôle

Certains poulains vont venir tout naturellement chercher le contact avec vous, d’autres mettront plus de temps. Cela dépend de leur caractère mais également du caractère protecteur ou non de votre jument. Il est important de respecter la relation jument/poulain et de ne pas chercher à s’imposer. Les premiers contacts avec vous se feront naturellement, prenez le temps de rester près d’eux sans intervenir, un poulain est curieux et sa curiosité grandissante l'incitera à venir à votre rencontre. Au contraire, forcer le poulain sera contre-productif, pouvant créer des peurs et contrarier sa mère qui ne vous laissera plus l’approcher. En attendant soyez patient et profitez-en pour regarder votre poulain découvrir le monde. 

 

L’éducation

Votre poulain va grandir et il devra bien sûr faire certaines choses comme les grands. Là encore le maître mot est la patience. Votre mini tout beau tout neuf ne va pas forcément avoir besoin de tout connaître tout de suite : licol, longe, brosse, vaccin, etc.

 

 Faites un point sur les besoins que vous avez / pouvez avoir :

 

  • Aurez-vous besoin de le déplacer sur une zone à risque (traverser une route, prendre le van, etc)

  • Le vétérinaire doit-il venir (vaccins, identifications, blessures, examens, etc)

 

Il est important de prendre en compte que cette petite chose n’est qu’un bébé, et qu’il suivra, en général, sa maman partout où vous l’emmènerez.

 

Si vous avez à les déplacer ou que vous jugez qu’il est mieux d’apprendre certaines choses dès ses premières semaines de vie, quoi que vous fassiez, faites-le avec patience, sans jamais vous fâcher (la récompense est la seule chose que doit connaître un poulain, et un cheval en général) et sans vous y attarder trop longtemps pour un bébé. Il vaut mieux multiplier sur une journée plusieurs séances de 2/3 minutes, que d’y passer 15 minutes et de dégoûter votre poulain de votre contact et des exercices/jeux que vous lui proposez.

 

Parler de jeu est plus adéquat à ce stade de l’apprentissage, ne vous mettez pas la pression, certaines séances se passeront bien, d’autres moins parce que votre poulain ne sera pas intéressé ou trop énervé/fatigué pour interagir avec vous. Faites les choses à son rythme sans le forcer, essayez de vous caler par rapport aux moments d’extrême énervement (en général les réveils de sieste) ou les moments de grosses fatigues (avant la sieste), les poulains ont en général des cycles réguliers.

 

Les apprentissages
  • Le contact/grooming : comme indiqué plus haut cette phase va se faire naturellement du fait de votre présence à proximité de votre jument/poulain. Votre jument pourra se montrer protectrice au début, mais votre poulain qui est curieux viendra vous découvrir et le temps aidant votre jument le laissera de plus en plus faire. Commencez par le laisser vous découvrir sans le toucher, le laisser s’habituer à vos mouvements et votre stature debout. Il y a des chances que vous soyez senti, mordillé, goûté. Avec la confiance grandissante, prenez le contact, d’abord au niveau de l’épaule (les chevaux se reniflent nez à nez mais n’entrent jamais en contact en se touchant le nez, le premier contact physique se fait bien au niveau de l’épaule), puis petit à petit commencez à toucher/gratouiller de nouvelles parties de son corps.

 

  • Le brossage : une fois que vous pouvez toucher votre poulain sur l’ensemble du corps, proposez-lui des gratouilles avec une brosse. Les poulains se rendent rapidement compte que ça gratouille et que c’est agréable. S’il est surpris au premier abord par ce nouvel objet, laissez-le le découvrir, le toucher, le goûter.

 

  • Le licol : il n’est pas anodin d’apprendre le licol à un poulain, il est important de prendre le temps, il ne s’agit pas de coincer votre poulain dans un coin, de lui mettre le licol de force et de le lui laisser jusqu’à ce qu’il s’y habitue (ce genre de pratique « barbare » va entraîner une réticence de votre bébé à se laisser approcher et mettre quelque chose sur la tête). Laissez-le découvrir ce nouvel élément, comme pour la brosse. Amusez-vous à le laisser passer son nez dans la muserolle, plusieurs fois, sur plusieurs séances, récompensez souvent. Comme on l’entend souvent « demandez peu, récompensez beaucoup ». Une fois ce geste acquis, demandez-en un peu plus, en remontant le licol plus haut par exemple, plusieurs séances. Une fois l’étape acquise, passez la têtière derrière les oreilles (vous vous rendrez peut-être compte que cela dérange votre poulain et qu’une désensibilisation des oreilles peut être à faire avant de continuer sur le licol), une fois acquis vous pourrez passer à la fermeture du licol. Ce nouveau poids sur sa tête peut être déroutant pour votre bébé, au début laissez-lui un petit peu, et augmentez la durée au fur et à mesure qu’il s’y habitue.

 

  • La longe : il n’est pas anodin et peut même être dangereux d’apprendre la longe, un cheval va naturellement se mettre en opposition si une traction se présente au niveau de sa tête : entraînant un risque de blessure au niveau des cervicales si vous ne relâchez pas lorsque votre poulain se défend. Plusieurs méthodes existent, à vous de trouver celle qui convient à votre bébé. C’est à vous de vous adapter et non pas à lui :

 

Maman peut être votre meilleure alliée : plutôt que de chercher à tirer ou pousser, attachez-la en longe à côté de son bébé et manœuvrez de façon à ce que ce soit elle qui sollicite un mouvement du poulain et non pas la longe. Il va ainsi apprendre à se déplacer attacher et se rendre compte que parfois il est arrêté dans son mouvement ou au contraire entraîné dans celui-ci, voire à gauche ou à droite. La présence de maman sera rassurante pour son petit et encadrante pour éviter que le poulain ne parte dans tous les sens et risque de se faire peur ou de se blesser.

 

Apprendre à céder à la tension : exercez une petite pression vers l’avant en tirant sur la longe, si le poulain ébauche un pas, relâchez immédiatement la pression. L’essentiel étant de relâcher au bon moment pour ne pas créer de défenses, et ne pas débuter un combat de force. Lorsque le poulain comprend que la tension s’arrête lorsqu’il avance, la réponse sera immédiate et vous pourrez au fur et à mesure demander plus de pas. Il s’agit de défaire le poulain d’un réflexe de survie appelé réflexe d’opposition : si ça me tire d’un côté, je tire de l’autre.

 

Apprendre en poussant : vous pouvez passer la longe derrière les fesses de votre poulain, de façon à lui apprendre à avancer en sollicitant une pression sur les fesses et non pas en tirant sur le licol. Cette méthode est très encadrante, et permet une meilleure gestion des mouvements du poulain, lui évitant de se blesser. La présence de la main peut également être utilisée à la place de la longe (moins encadrant, attention à ne pas créer une défense contre la présence de la main aux fesses, qui pourrait inciter votre poulain à taper dans le futur). Là encore intervient le réflexe d’opposition : si ça pousse d’un côté, je pousse de l’autre. Se défaire dès le début de la vie du cheval de ce réflexe permettra tout au long de sa vie non seulement des manipulations qui seront bien plus simples pour vous comme pour lui, mais également de faciliter son éducation future pour le travail qu’il aura à accomplir, et de préserver sa santé en anticipant le risque de le voir tirer au renard.

 

Mettre un licol autour du corps de votre poulain : pour encadrer les déplacements en extérieur, on peut voir certains éleveurs mettre un licol autour du corps du poulain. En cas d’urgence, si votre poulain n’a pas encore appris la longe, cette méthode peut s’avérer utile bien qu’un poulain cheval miniature peut facilement être pris dans les bras pour être déplacé, contrairement à un poulain de grande race.

 

  • La piqûre : ce geste sera pratiqué par votre vétérinaire pour les vaccins et l’identification. Pour que tout se déroule au mieux (pour votre poulain, votre véto et vous-même), vous pouvez préparer votre bébé à cette intervention. Apprenez le tapotement sur l’encolure (les vétos le font pour désensibiliser la zone de piqûre) et apprenez-lui la sensation de piqûre avec un cure-dent par exemple. D’abord en appuyant légèrement, puis en accentuant la pression avec le cure-dent. Refaites cette manipulation systématiquement avant les vaccins, cette méthode est utile également pour les adultes un peu chatouilleux. La pose de la puce peut également avoir refroidi votre poulain : regardez la taille de l'aiguille vous comprendrez pourquoi !

 

La première année de sa vie votre poulain n’a pas de nécessité à apprendre autre chose, il découvrira les « choses qui font peur » au fur et à mesure que vous les utiliserez en sa présence. Il n’est pas nécessaire d’organiser des séances de travail sur les bébés, vos habitudes quotidiennes lui permettront d’apprendre à son rythme.

 

Soulignons bien que l’apprentissage du licol/longe, peut être fait dès les premières semaines suivant la naissance ou bien plus tard, selon vos choix d’éleveur/naisseur. Cela doit être fait en fonction de vos besoins de déplacement par exemple, toutefois, il est important d’habituer votre poulain à être manipulé et contenu en cas d’examen médical ou de blessure, de façon à ne pas augmenter le stress qui sera déjà présent à ce moment-là (situation nouvelle, douleur, etc). Le but n’étant pas d’avoir un poulain qui trotte en longe à un mois, mais bien d’encadrer la gestion de votre poulain dans des situations qui peuvent être dangereuses pour lui.

 

Gardez toujours à l’esprit : patience, c’est un bébé et profitez-en !