Débourrer son mini
à l'Attelage

La première chose qu'il faut garder en tête lorsque l'on souhaite mettre sérieusement son cheval au Travail et notamment à l'Attelage ce sont les stades d'ossification des cartilages de croissance.

Un cheval ne devrait pas être débourré à l'attelage avant ses 4 ans pour permettre notamment à son articulation de l'épaule d'être ossifiée, articulation sollicitée par la traction. Cela ne veut évidemment pas dire qu'il n'y a rien à faire avant. Nous allons ici détailler les principales étapes de la mise à l'attelage et les âges auxquels elles peuvent être envisagées.

 

Pensez à avoir le suivi d'un maréchal, d'un dentiste et d'un ostéopathe afin de vous assurer que votre cheval est apte physiquement à évoluer confortablement au travail.

Respect des ordres de base

Avant toute chose, il est impératif que votre cheval connaisse et respecte les ordres de base : pas, trot, arrêt, reculé et que vous ayez le contrôle des pieds grâce à des exercices de déplacement des hanches notamment. Travaillez sur de courtes séances régulièrement, par exemple, en carrière et au licol, changer plusieurs fois d'allures avec un ordre vocal de votre choix.

 

Il est conseillé d'apprendre à son cheval à marcher à côté de vous et non derrière, son épaule au niveau de votre hanche. Cela permet notamment de pouvoir anticiper d'éventuels écarts, de réagir de façon plus fine à la tension de la longe (donc à son relâchement) et rend plus compréhensible votre langage corporel. Comme toujours : demander souvent et se contenter de peu. Ne pas hésitez à revenir sur des choses acquises pour ne pas se mettre en difficulté. Quelque soit la discipline, "revenir en arrière" ne sera jamais une perte de temps. 

Ces exercices peuvent être appris dès le plus jeune âge du moment que le temps de séance reste court. Un poulain de 10 mois peut tout à fait se prêter à de courtes séances de 10 min, une à deux fois par semaine, pour apprendre à marcher et s'arrêter en main, sortir en balade au licol, etc.

Polyvalence et confiance

Avec tous les chevaux que j'ai eu l'occasion de travailler, j'ai systématiquement beaucoup varié les disciplines. D'abord pour ne pas créer d'ennui, ensuite pour construire une relation de confiance entre nous et connaitre ses réactions face à différentes situations.

 

N'hésitez jamais à sortir en extérieur avec votre cheval pour lui faire découvrir le plus de situation possible : partir courir en forêt, passer des gués, se promener dans les villages. Vous pouvez aussi participer à des rassemblements : concours, stages, initiation et ce afin de familiariser votre cheval avec des lieux inconnus, en présence de chevaux eux aussi inconnus. 

Plus vous ferez découvrir de choses différentes à votre cheval et plus votre relation se renforcera. L'idée finale est qu'il vous considère comme un référent, un leader sur lequel il peut compter et avancer sereinement y compris face à des situations inédites.

Mise aux longues rênes

Dès l'âge de 2 ans, en caveçon et surfaix, vous pouvez apprendre à votre cheval à marcher en longues rênes. Cette discipline implique un animal qui connait déjà les ordres de base afin de le faire marcher devant vous, vos aides seront essentiellement vocales.

Cette discipline apprend au cheval à être à l'aise en étant seul devant et elle lui apprend également la direction grâce aux pressions du caveçon et des guides. 

Comme pour chaque apprentissage, il est important de sortir en extérieur afin d'habituer son cheval et de lui faire découvrir les chemins que vous arpenterez bientôt attelés.

Découverte de la traction

Avec un pneu par exemple pour que votre cheval découvre la sensation de traction, et la sensation d'être suivi par un objet qui peut faire du bruit. Il est également conseillé de fabriquer de "faux-brancards" avec des tubes PVC par exemple, que vous laisserez trainer au sol pour que le cheval se familiarise avec un "cadre" qui l'empêche de tourner de façon brusque et le touche sur les côtés.

Cette découverte peut s'avérer très rapide si le cheval ne montre aucune réaction ni aucun stress ce qui est généralement le cas si vous avez construit une relation de confiance avec lui. Connaître son cheval, partager régulièrement avec lui des moments de bien-être : grooming, sortie en extérieur sans objectif particulier, contexte de vie épanouissant pour lui, etc, vous permettra d'avoir un compagnon qui s'appuie sur vous et vos émotions. En outre, si il vous sent serein et déterminé tout au long des étapes et des découvertes au Travail, il progressera dans le même état d'esprit.

Mise à l'attelage

Lorsque votre cheval a passé avec calme et sérénité toutes les étapes précédentes, vous pouvez lui faire découvrir la voiture d'attelage. Il est conseillé de ne pas harnacher l'ensemble des éléments du harnais dès la première rencontre. En général, je commence par les traits en soutenant la voiture d'une main, et progressivement je laisse le cheval sentir le poids.

 

Si tout se passe correctement, sans réaction de peur ou de stress de la part du cheval, j'attache le reculement. Il est primordial ici d'avoir un cheval qui soit patient, habitué à rester immobile au moment des différents réglages du harnais et de la voiture. 

Lors des premières minutes de traction avec la voiture d'attelage, je reste à pied à la tête du cheval pour prévenir d'une éventuelle réaction. Dans un second temps, je me place derrière la voiture en Longues rênes. Ce n'est que lorsque mon cheval est resté allant, droit et calme pendant ces deux situations que je monte réellement en voiture.

Par la suite, je multiplie les sorties attelées en extérieur en utilisant énormément la voix pour gérer allures et comportement avec autant de demandes que d'encouragements et félicitations. 

Prenez l'habitude de travailler avec un stick, aussi bien en longues rênes qu'en attelage. Cet outil, prolongement de votre bras, représente une aide supplémentaire, qui peut également s'avérer indispensable dans certaines situations en attelage pour garantir votre sécurité : votre cheval se met à reculer sans demande alors qu'un trou ou un fossé se situe derrière vous, votre cheval n'accélère pas l'allure malgré vos demandes alors que vous coupez une route passante... J'utilise mon stick sans toucher le cheval, juste en l'agitant sur le côté, pour demander une accélération par exemple. Toutefois, dans de rares situations mettant en péril notre sécurité à tous les deux, il peut devenir un bref stimuli physique indispensable pour générer une réaction immédiate.

Ne vous lancez pas dans un débourrage à l'attelage si vous ne vous en sentez pas capable. De nombreux professionnels proposent leurs services. Ils ont l'expérience, le matériel, les infrastructures pour travailler votre cheval dans le respect et la sécurité. L'idéal étant de pouvoir participer à des séances en trio pendant lesquelles l'entraineur vous transmettra les codes qu'il a instauré avec votre cheval et vous permettra d'adopter la bonne attitude.

Cet article a pour vocation de partager une approche du débourrage à l'Attelage et d'insister sur la décomposition des étapes. Votre cheval progressera toujours mieux avec de courtes et régulières séances. Il m'arrive souvent de ne sortir que pour 10-15 min, si l'exercice est directement acquis c'est OK, je n'insiste pas et je multiplie les moments de pause et de grooming.

Ossification.png